Actuel, avril 1994 - Critique de l'album : Philippe Pascale

Philippe Pascale

Exit les révoltes Marquis de Sade et le " Quelque chose noir " de Marc Seberg. Philippe Pascal et Pascale Le Berre chaloupent l'Orient d'Essaouira, plongent le groove dans des mélodies claires. Guitares transparentes, always " on the edge " : oui, toujours sur le fil, ténu mais enfin trouvé d'une vraie légende de poète rock ténébreux. Version Mallarmé (blanc et déstructuré) plutôt que Ginsberg. Poète enfin incarné, comme son premier véritable album.

Par ?