Marc Seberg - Quelque chose, noir

Quelque chose, noir

Le général Hiver plonge sa dépression
Du bout des nerfs, sous une chape de plomb.
Je me souviens d'un morceau de bleu,
Dans le feu de l'absinthe, une couleur s'est éteinte.
QUELQUE CHOSE NOIR se traîne
Dans le silence s'enfonce
& se ronge les ongles
& me ronge les sangs.
QUELQUE CHOSE NOIR, je l'aime
Comme un trou dans la nuit,
Comme un trou dans l'oubli
& roule au fond d'un puits.

Mais dehors c'est l'hiver.
Crève l'arrière-saison!
Un pou : ta mort dans une caisse à savon.
Je me souviens d'un morceau de vert
De la douceur de vivre, de l'ivresse du vide.
QUELQUE CHOSE NOIR se traîne
Dans le silence s'enfonce
& se ronge les ongles
& me ronge les sangs.
QUELQUE CHOSE NOIR, je l'aime
Comme un trou dans la nuit,
Comme un trou dans l'oubli
Je l'aime c'est bien ma veine!

Je reste là,
Face contre terre.
Ils ont vendu leur âme
Ils ont rendu les armes.
Je regarde.
QUELQUE CHOSE NOIR...

QUELQUE CHOSE NOIR se traîne
Dans le silence s'enfonce
& se ronge les ongles
& me ronge les sangs.
QUELQUE CHOSE NOIR, je l'aime
Comme un trou dans la nuit,
Comme un trou dans l'oubli
Roule au fond d'un puits.

Je reste là
Face contre terre.
Ils ont vendu leur âme
Ils ont rendu les armes,
Je regarde.

Je reste là
Face contre ciel.
Dans les salles où se perdent
Jusqu'au bruit de mes pas,
Je me perds.
Je laisse faire.
QUELQUE CHOSE NOIR,
Là, quelque part...

Philippe Pascal

Alors, heureux de l'état des routes,
La la la
Alors, heureux ? ôte-moi d'un doute
on dirait Beyrouth !
D'un côté l'Est et l'Ouest face à face
séparent la terre en tiers, le monde en quart
Quand les nombres et les bombes se bousculent
pour faire sauter le monde, facile : calcule
Kong Long la Merveille du Monde
Kong Long

Tombe la pluie, ça rouille et ça mord la poussière
Alors le vieux redresseur de tort se tourne vers sa mère !
Si l'histoire a un sens, il se planque
sous les strates denses des nuées de cendre.
Dans l'énigme des encres, il se perd et se réinvente
en dazibaos interdits... Mais
Kong Long c'est la Merveille du Monde
Kong Long c'est le meilleur des Mondes
Kong Long

Je ne veux pas m'engager, je veux chanter des romances.
Je peux tout supporter : quand ça me gène,
je change de chaîne
Partout on libanise. Pour mieux règner :
divise !
Puis on déshumanise en toute simplicité
après on dératise. C'est juste une fomalité !
Kong Long c'est la Merveille du Monde
Kong Long c'est le meilleur des Mondes
Kong Long une main devant, une main derrière.

Tombe la pluie, s'écroule l'Empire !
La la la
Tombe la cime au fond de l'abîme !
La la la
Si l'histoire a un sens, il lui a tourné la tête.
Et, entrez dans la danse et tous en file indienne.
La vie, la vie est dure, et puis tu meurs.
La vie, la vie est dure, et puis tu meurs.
Personne n'en sort vivant d'ailleurs.


Philippe Pascal

Le général Hiver plonge sa dépression
Du bout des nerfs, sous une chape de plomb.
Je me souviens d'un morceau de bleu,
Dans le feu de l'absinthe, une couleur s'est éteinte.
QUELQUE CHOSE NOIR se traîne
Dans le silence s'enfonce
& se ronge les ongles
& me ronge les sangs.
QUELQUE CHOSE NOIR, je l'aime
Comme un trou dans la nuit,
Comme un trou dans l'oubli
& roule au fond d'un puits.

Mais dehors c'est l'hiver.
Crève l'arrière-saison!
Un pou : ta mort dans une caisse à savon.
Je me souviens d'un morceau de vert
De la douceur de vivre, de l'ivresse du vide.
QUELQUE CHOSE NOIR se traîne
Dans le silence s'enfonce
& se ronge les ongles
& me ronge les sangs.
QUELQUE CHOSE NOIR, je l'aime
Comme un trou dans la nuit,
Comme un trou dans l'oubli
Je l'aime c'est bien ma veine!

Je reste là,
Face contre terre.
Ils ont vendu leur âme
Ils ont rendu les armes.
Je regarde.
QUELQUE CHOSE NOIR...

QUELQUE CHOSE NOIR se traîne
Dans le silence s'enfonce
& se ronge les ongles
& me ronge les sangs.
QUELQUE CHOSE NOIR, je l'aime
Comme un trou dans la nuit,
Comme un trou dans l'oubli
Roule au fond d'un puits.

Je reste là
Face contre terre.
Ils ont vendu leur âme
Ils ont rendu les armes,
Je regarde.

Je reste là
Face contre ciel.
Dans les salles où se perdent
Jusqu'au bruit de mes pas,
Je me perds.
Je laisse faire.
QUELQUE CHOSE NOIR,
Là, quelque part...

Philippe Pascal